Bilan des chiffres de la délinquance : l’insécurité confortée par la politique gouvernementale d’impunité

Tags: , ,

Bilan des chiffres de la délinquance : l’insécurité confortée par la politique gouvernementale d’impunité

Publié le 18 janvier 2013 par Rédacteur

Aujourd’hui, le Ministre de l’Intérieur s’est livré à un exercice de communication sur les chiffres de la délinquance : interview sur RTL le matin, conférence de l’ONDRP dans la matinée puis conférence de presse au Ministère.

Les 45 minutes d’exposé ministériel se sont transformées en bilan d’activité de Manuel Valls : BAC, ZSP, Code de déontologie, matricule, etc. Face à ce discours politique, Bruno Beschizza rappelle la réalité concrète des chiffres bien plus blessante pour le quotidien de nos compatriotes : augmentation des violences physiques aux personnes (vol à la tire : + 8,5%), aux femmes et explosion des cambriolages.

Contrairement au faux procès que Manuel Valls fait à la droite, l’UMP n’est pas en embuscade idéologique. Pour Bruno Beschizza, la droite a pour devoir de dénoncer l’échec d’une politique incantatoire systématiquement contredite par les mesures prises par la garde des Sceaux, Christiane Taubira : fin des peines planchers, suppression des tribunaux correctionnels pour mineurs, abrogation de la loi Ciotti, numerus clausus dans les prisons… La gauche a rétabli la culture de l’excuse comme politique pénale. Les voyous ont bien compris le message !

Bruno Beschizza, Secrétaire National de l’UMP, appelle solennellement le gouvernement à changer radicalement de cap. L’idéologie ne fera jamais une bonne politique pour la sécurité de nos compatriotes.

Bruno Beschizza
Secrétaire national de l’UMP

Date : Vendredi 18 Janvier 2013
Contenus liés:

Commentaire (0)

L’idéologie dévastatrice des socialistes

Tags: , ,

L’idéologie dévastatrice des socialistes

Publié le 17 janvier 2013 par Rédacteur

Cet après-midi, la majorité socialiste a abrogé la loi visant à lutter contre l’absentéisme scolaire. Idéologie et démagogie sont les deux mamelles de la politique gouvernementale en matière d’éducation.

Depuis que la loi responsabilisant les familles est en place, l’administration a recueilli 80 000 signalements qui ont donné lieu à 60 000 avertissements, puis à 22 000 seconds signalements, 1 400 demandes de suspension des allocations familiales, 619 suspensions effectives et 142 rétablissements des allocations. On le voit : sur 80 000 cas signalés, 79 858 jeunes ont retrouvé le chemin de l’école !

La gauche fait donc preuve de pure idéologie, pensant à faire plaisir au lieu de responsabiliser, démolissant ce qui marche sans proposer d’alternative. Or, là où le laxisme est préféré à la responsabilité, ce sont toujours les enfants qui souffrent.

Camille Bedin
Secrétaire nationale de l’UMP

Date : Jeudi 17 Janvier 2013
Contenus liés:

Commentaire (0)

Valérie Debord remarque que Francois Hollande s’est arcbouté sur la réalisation de ses promesses sociétales

Tags: , ,

Valérie Debord remarque que Francois Hollande s’est arcbouté sur la réalisation de ses promesses sociétales

Publié le 17 janvier 2013 par Rédacteur

Valérie Debord, déléguée générale au projet de l’UMP, remarque que lors de ses voeux à la presse Francois Hollande s’est arcbouté sur la réalisation de ses promesses sociétales…une façon d’admettre son incapacité d’agir sur ce qui intéresse réellement les Français : l’emploi !

Ainsi le président François Hollande a persisté et signé ce mercredi à propos de « ses » trois réformes qui selon lui marqueront la première année de son mandat: le mariage homosexuel, le cumul des mandat et une vaste révision constitutionnelle.

Quid du pouvoir d’achat qui dérape, des retraites qui sont en danger, du financement des universités qui est à la baisse ou encore des 1000 chômeurs supplémentaires par jour depuis que Francois Hollande est président ?

Rien, absolument rien…une gestion au fil de l’eau avec juste au passage la stigmatisation des « riches », vieille rengaine de lutte des classes qui ne convainc pas les Français après 8 mois de gouvernement socialiste…

Alors quand on a pas d’idées il faut de l’idéologie et en l’espèce la gauche n’en manque pas !

Date : Jeudi 17 Janvier 2013
Contenus liés:

Commentaire (0)

Crédit d’impôt sur la compétitivité et l’emploi et hausse de la TVA : la politique économique du Gouvernement est totalement illisible pour les entreprises

Tags: , , , ,

Crédit d’impôt sur la compétitivité et l’emploi et hausse de la TVA : la politique économique du Gouvernement est totalement illisible pour les entreprises

Publié le 06 décembre 2012 par Rédacteur

Michèle Tabarot, Secrétaire générale de l’UMP et Députée des Alpes-Maritimes, regrette que par manque de courage et de clarté, la politique économique du Gouvernement soit totalement illisible pour les entreprises.

D’abord sur l’augmentation de la TVA, pour tenter de calmer les contestations de certains professionnels qui craignent pour leurs activités, le Ministre de l’Economie explique désormais que les hausses adoptées dans l’urgence pourront être revues tout au long de l’année 2013. De nombreux secteurs resteront donc dans l’expectative ne sachant à quoi s’attendre pour 2014.

Concernant ensuite le crédit d’impôt sur la compétitivité et l’emploi (C.I.C.E.), le Gouvernement a justifié l’accélération du calendrier en prétendant que cela allait permettre aux entreprises d’anticiper dès le 1er janvier 2013 les investissements et les embauches qui seraient rendues possibles grâce au C.I.C.E..

Mais en réalité, les entreprises n’anticiperont pas le moindre investissement tant que les conditions pour bénéficier de ce C.I.C.E. ne seront pas connues. Une récente enquête le confirme d’ailleurs.

Par souci de ne pas froisser l’aile gauche de la majorité, le Gouvernement n’a pas voulu préciser dès à présent les critères. Il s’est ainsi ingénié à créer une ‘usine à gaz’ dont on ne sait pas encore comment elle fonctionnera.

Dans la situation d‘urgence économique que nous connaissons, nos entreprises ont besoin d’une fiscalité claire et stable pour restaurer la confiance dans l’avenir. Loin d’apporter des réponses rapides et efficaces, le Gouvernement ne fait qu’ajouter de l’incertitude à une conjoncture alarmante.

Télécharger le communiqué (pdf – 48 ko)

Contenus liés:

Commentaire (0)

Nouveau record pour le chômage des jeunes actifs : silence, on tourne… en rond !

Tags: , , , , ,

Nouveau record pour le chômage des jeunes actifs : silence, on tourne… en rond !

Publié le 06 décembre 2012 par Rédacteur

Franck Allisio, Secrétaire national et Président des Jeunes Actifs de l’UMP, dénonce un nouveau record concernant le taux de chômage des jeunes actifs qui atteint le niveau inédit de 24,2%. Les nouveaux entrants sur le marché du travail sont une fois de plus les premières victimes de la crise. Ce triste record était malheureusement d’ores et déjà programmé du fait d’une politique de l’emploi qui s’obstine, par esprit de système, à traiter socialement et non économiquement le chômage, c’est-à-dire à traiter les effets et non les causes de ce dernier.

Ne cherchons pas très loin les causes de cet échec : le candidat auto-proclamé de « la jeunesse », qui s’était engagé à faire de l’emploi des jeunes une « priorité nationale », n’a pas eu d’autres ambitions devenu président que de ressusciter les « emplois jeunes » que Lionel Jospin et Martine Aubry s’étaient déjà servi comme méthodes d’enfumage envers la génération précédente.

N’apprenant jamais de l’exercice du pouvoir et n’oubliant jamais rien de leur « prêt-à-penser », les socialistes sont constants d’une alternance à l’autre en mettant en œuvre avec le même cynisme une politique de l’emploi « low cost » qui sacrifie génération après génération sur l’autel du « On a tout essayé ».

Il n’était pourtant pas interdit aux socialistes français de briser leurs chaînes et leurs œillères idéologiques, comme l’ont fait beaucoup d’hommes et de femmes de gauche en Europe, et de s’attaquer par des mesures courageuses et radicales aux trois véritables verrous de l’emploi des jeunes : un marché du travail qui exclut les nouveaux entrants, un coût du travail qui punit les jeunes salariés et des contraintes administratives qui découragent les jeunes entrepreneurs.

Mais espérer encore un tel sursaut, c’est oublier que le réalisme économique et le courage politique n’ont jamais été au programme de Monsieur Hollande qui préfère continuer à faire tourner le grand manègesocialiste.

Commentaire (0)

Sébastien Huyghe a écouté avec attention l’intervention télévisé de fin de règne de Jean-Marc Ayrault retranché à Matignon

Tags: , , , , ,

Sébastien Huyghe a écouté avec attention l’intervention télévisé de fin de règne de Jean-Marc Ayrault retranché à Matignon

Publié le 06 décembre 2012 par Rédacteur

C’est en effet un premier ministre acculé qui a été sommé de s’expliquer sur différentes affaires délicates qui défraient la chronique telles que le contenu réel de l’accord secret entre Mittal et l’Etat sur Florange et sa corrélation avec l’établissement de Basse-Indre, ou la réalité de l’existence d’un compte suisse du Ministre de la fraude fiscale.

Cette fin de règne s’est faite ressentir à de nombreuses reprises ces derniers temps avec la mise en lumière de la composition hétéroclite de la majorité avec les sorties non maîtrisées des verts sur l’aéroport de Notre Dame des Landes, sur l’EPR ou sur les attaques inqualifiables contre l’Eglise Catholique sur le logement, sans oublier le rejet du budget et du PLFSS par le Sénat pourtant à majorité de gauche.

A ce tableau édifiant il convient d’ajouter les couacs gouvernementaux à répétitions tels que les nationalisations avortées du ministre du redressement productif et les errements de Monsieur Peillon.

Encore un petit effort Monsieur le Premier Ministre la sortie est proche…

Sébastien HuygheDéputé du Nord Secrétaire national de l’UMP

Contenus liés:

Commentaire (0)

Valérie Debord a suivi l’intervention de Jean-Marc Ayrault bunkerisé à Matignon où désormais le pouvoir socialiste n’hésite plus à convoquer la presse

Tags: , , , , ,

Valérie Debord a suivi l’intervention de Jean-Marc Ayrault bunkerisé à Matignon où désormais le pouvoir socialiste n’hésite plus à convoquer la presse

Publié le 05 décembre 2012 par Rédacteur

Parmi les dossiers évoqué l’un est emblématique de l’incurie de ce gouvernement : l’avenir industriel du site de Florange.

Il apparaît clairement aujourd’hui que le gouvernement a trompé les salariés d’une part sur le montant des investissements qu’il avait obtenu de Mittal : à peine 53 millions d’euros d’investissements « stratégiques » et non pas 180 millions comme le prétend le Premier ministre et d’autre part les ouvriers ont été trompés quand à l’existence d’une offre sérieuse de reprise…contrairement aux allégations de Jean-Marc Ayrault une offre sérieuse existait pour l’ensemble du site de Florange.

Ainsi Bernard Serin, un ex-cadre de Florange aujourd’hui à la tête du groupe CMI (3 400 salariés), était associé au géant russe Severstal (69 000 salariés) et s’engageait à investir 500 millions d’euros sur le site mosellan.

Pourquoi tant de méconnaissance et de d’amateurisme dans ce dossier est-ce pour préserver l’activité d’un autre site du groupe Mittal : l’usine de Basse-Indre. Cette usine basée tout près de Nantes, dans la circonscription de Jean-Marc Ayrault devait fermer aujourd’hui il n’en est plus question.

Les salariés de Florange font-ils les frais de cette négociation globale qui voit l’ancien maire de Nantes conserver son site de production ?

Face à la colère des salariés, acculé par ses mensonges, pour l’UMP, Jean-Marc Ayrault n’a plus ni crédibilité ni stature.

Valérie Debord
Déléguéé générale adjointe de l’UMP

Contenus liés:

Commentaire (0)

Franck Riester dénonce la hausse de la TVA pour les salles de cinéma et les droits d’auteurs

Tags: , , , , ,

Franck Riester dénonce la hausse de la TVA pour les salles de cinéma et les droits d’auteurs

Publié le 05 décembre 2012 par Rédacteur

Depuis son élection, François Hollande et sa majorité ne cessent de saper les fondements de notre exception culturelle et de mettre en danger les filières culturelles.

Après la baisse historique du budget du ministère de la Culture, que François Hollande s’était pourtant engagé à sanctuariser, après le prélèvement de 150 millions d’euros sur les ressources du Centre national de la Cinématographie et de l’Image animée, après l’arrêt net de grands projets culturels pourtant bien engagés, la hausse de 7% à 10% de la TVA applicable aux entrées de salles de cinéma et aux droits d’auteurs votée hier soir à l’Assemblée nationale constitue une nouvelle entaille à notre politique culturelle.

En taxant ainsi les salles de cinéma sans aucune étude préalable, le Gouvernement s’attaque à une des pratiques culturelles les plus populaires des Français et met en danger la pérennité de nos petits cinémas de proximité. En taxant les droits d’auteurs, il frappe fortement la rémunération des créateurs.

Le contraste est aujourd’hui plus que jamais saisissant avec le quinquennat de Nicolas Sarkozy qui n’a cessé, pendant 5 ans, de défendre notre exception culturelle.

Franck Riester
Député-maire de Coulommiers Secrétaire national de l’UMP

Contenus liés:

Commentaire (0)

Pour Franck Riester et Eric Woerth, le rapport sur la RGPP est un bel exercice de désinformation et de caricatures de la part du Gouvernement socialiste

Tags: , , , ,

Pour Franck Riester et Eric Woerth, le rapport sur la RGPP est un bel exercice de désinformation et de caricatures de la part du Gouvernement socialiste

Publié le 25 septembre 2012 par Rédacteur

Le rapport sur le bilan de la révision générale des politiques publiques (RGPP), piloté par Marylise Lebranchu, et remis aujourd’hui au Premier ministre est un bel exercice de désinformation et de caricatures de la part du Gouvernement socialiste.

On aurait souhaité que les socialistes fassent preuve de clairvoyance et reconnaissent en toute objectivité le mouvement de réformes sans précédent engagé par Nicolas Sarkozy. Qu’ils admettent qu’il a eu le courage de moderniser l’Etat et sa fonction publique, de recentrer l’Etat sur ses missions prioritaires, de ne pas remplacer un fonctionnaire sur deux partant à la retraite et d’améliorer, enfin, le service rendu aux usagers du service public. Tant d’efforts considérables n’auraient d’ailleurs été rendu possibles sans une étroite collaboration des fonctionnaires de l’Etat.

L’intérêt général commande d’ailleurs de poursuivre et même d’amplifier ces réformes inédites, en redéfinissant le périmètre des missions l’Etat, en clarifiant davantage les compétences des collectivités territoriales ou en accélérant la dématérialisation des démarches administratives dans nos territoires.

Las ! Prisonnier d’une posture anti-sarkozyste, le Gouvernement préfère aujourd’hui instrumentaliser un rapport pour justifier le retour de leur vision rétrograde de l’Etat et de la fonction publique, et justifier un coup d’arrêt à ces réformes structurelles. Pis, pour pallier ce manque d’audace et de courage politique, la majorité a fait le choix d’un matraquage fiscal généralisé, qui menace le pouvoir d’achat de tous les Français.

Contrairement à ce qu’affirme Madame Lebranchu, la RGPP n’a pas été un « recyclage de décisions anciennes » puisque, précisément, les décisions n’avaient pas été prises ! Mais il est vrai, pourquoi s’en cacher, qu’elle s’est appuyée sur plusieurs années de travaux d’expertise, dont beaucoup issus des corps de contrôle de l’Etat, que nous avons courageusement mis en œuvre dans l’intérêt du pays.

Soulignons enfin, contrairement aux allégations de la ministre, que le dialogue social n’a jamais été aussi riche dans la fonction publique que sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy ; ses Gouvernements ont signé 4 accords avec les organisations syndicales, dont un portant précisément sur le dialogue social et un autre sur les salaires. Nous ne pouvons qu’inviter le Gouvernement à conclure un accord salarial avec les organisations syndicales comme nous l’avions fait en 2008 !

Franck Riester
Secrétaire national en charge de la Communication Député de Seine-et-Marne
Eric Woerth
Conseiller politique Député de l’Oise

Contenus liés:

Commentaire (0)

Compétitivité : François Hollande a rendez-vous en terre inconnue

Tags: , , , ,

Compétitivité : François Hollande a rendez-vous en terre inconnue

Publié le 21 septembre 2012 par Rédacteur

Depuis quelques semaines, François Hollande et son gouvernement découvrent enfin les enjeux de la compétitivité. Ils découvrent que pour lutter contre le chômage, la création d’emplois publics n’est pas la solution. Ils font connaissance avec la réalité du monde de l’entreprise où tous les jours des hommes et des femmes se battent pour conquérir ou garder des parts de marché. Ils s’aperçoivent avec naïveté que les déclarations haineuses contre les patrons ne suffisent pas à éviter que des entreprises ferment. Ils réalisent enfin qu’il y a un monde réel en dehors de la rue Solférino et des congrès du PS.

A l’UMP nous ne les avons pas attendus. Heureusement d’ailleurs, dans quel état serait la France ? Pendant 5 ans, Nicolas Sarkozy a soutenu l’investissement et l’innovation, avec le crédit impôt recherche ou le programme des investissements d’avenir, il a aidé les entreprises en difficulté en calibrant les plans de soutien par secteur, il a revalorisé le travail, avec le statut de l’auto-entrepreneur ou la défiscalisation des heures supplémentaires, il a donné aux entreprises les armes pour se développer avec la baisse le coût du travail, la fiscalité anti-délocalisation, la réforme de la taxe professionnelle ou les accords compétitivité-emploi. Bref, il a, malgré la crise, initié une vraie dynamique de soutien à la compétitivité au service de l’emploi.

En quelques mois, François Hollande a tout cassé : finies les heures supplémentaires défiscalisées, supprimée la fiscalité anti-délocalisation, oubliés les accords compétitivité-emploi, enterrée la baisse du coût du travail inversée par une hausse des cotisations pour financer la contre-réforme des retraites. En 4 mois, François Hollande a réussi l’exploit de mettre la France à l’arrêt.

Mais le réel est là et les socialistes ne peuvent plus faire semblant. Alors ils créent des commissions pour repousser le plus longtemps possible la prise de décision qui les obligera à reconnaitre que la « méchante droite » avait raison. Cruelle désillusion pour les apôtres éclairés du Bien qui s’étaient engagés à « ré-enchanter le rêve français ».

Alors à chaque jour son ballon d’essai pour préparer les esprits. Aujourd’hui c’est le retour de la « TVA-sociale », ce symbole « injuste et inefficace » qu’ils s’étaient empressés de supprimer. Sauf qu’il s’agit du meilleur outil pour baisser les charges sur le travail. Les ministres paniquent, se contredisent, Matignon intervient et à la fin de la journée on ne sait toujours pas ce qu’ils veulent faire : une hausse sectorielle de la TVA ? Une hausse de la CSG et de la TVA ? Rien du tout ? Qui sait…

Le problème c’est que pendant que les ministres s’amusent à communiquer et à se contredire, les emplois continuent à être détruits. Les chefs d’entreprises continuent à se battre et les travailleurs à se donner à fond. Si Jean-Marc Ayrault n’a pas d’autorité sur son équipe, c’est à François Hollande de prendre ses responsabilités. Les Français ne peuvent plus supporter cet amateurisme au sommet de l’État.

Pour ce qui nous concerne, l’UMP tient à la disposition du gouvernement les nombreuses propositions que nous avons fait tout au long de la campagne pour moderniser notre appareil productif et créer de l’emploi en France. Ces mesures qu’ils n’ont cessé de dénoncer et qu’ils finiront bien par mettre en œuvre. Du moins nous l’espérons. En attendant, le doute s’installe.

Franck Riester
Député de Seine-et-Marne Secrétaire National de l?UMP en charge de la Communication

Contenus liés:

Commentaire (0)

Advertise Here
Advertise Here
octobre 2014
L Ma Me J V S D
« sept    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Suivre sur twitter